VIOLENCES INTERETHNIQUES : Affrontements entre les communautés Gangan et Tchokossi à Gando

Des blessés et d’importants dégâts matériels.

Des affrontements répétés entre les communautés Gangan et Tchokossi du canton de Gando à 45 km au sud de la ville de Mango (Nord) dans la préfecture de l’Oti, ont occasionné depuis le 10 juin des blessés et des dégâts matériels de part et d’autre.
Ces violences qui n’ont pas fait de victimes, ont occasionné des blessés admis à l’hôpital et des saccages de biens, marchandises et autres, au marché de Gando.
Pour calmer les esprits et ramener la paix dans ce canton, le gouvernement a dépêché le dimanche dernier à Gando, les ministres de la Sécurité, Yark Damehame et de l’Enseignement technique, natif de l’Oti, Hamadou Brim Bouraima-Djabacté. Ils ont convié chacun à la retenue et surtout à ne pas se faire justice, mais à saisir les juridictions compétentes en cas de litige.
Selon des témoins sur place, tout est parti d’une histoire de malaises ressentis par des enfants Gangan, suite à la consommation des galettes offertes par une femme d’origine Tchokossi. La communauté Gangan aurait réagi en s’attaquant aux intérêts des Tchokossi de Gando.
D’autres témoins affirment que la cause latente de ces hostilités serait liée à l’emplacement choisi pour construire le nouveau marché de Gando.
En effet le nouveau marché qui a été érigé dans le quartier Djabouri (en zone Gangan), ne serait pas du goût de la communauté Tchokossi qui aurait souhaité accueillir ce marché.
Après Gando, la délégation gouvernementale a rencontré les responsables des différentes communautés à Mango où elle a appelé les protagonistes à privilégier le dialogue et la concertation afin d’éviter les escalades.
Source : Savoirnews