PRÉSIDENTIELLE 2015 :Faure Gnassingbé réélu à 58,75% doit se mettre immédiatement au travail

Enfin, les Togolais ont poussé un ouf de soulagement hier aux environs de 21h50 au moment où  le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Issifou Taffa Tabiou disait ceci : ”La commission électorale nationale constate que Faure Gnassingbé est élu au titre des résultats provisoires, sous réserve de confirmation de ces résultats par la Cour constitutionnelle.”
Ainsi, Faure Gnassingbé a remporté l’élection présidentielle du 25 Avril 2015, lui ouvrant ainsi un 3è mandat de 5ans. Au vu des circonstances dans lesquelles ce scrutin s’est déroulé, le chef de l’Etat réélu est obligé de se mettre tout de suite au travail car les chantiers à mettre en œuvre sont vastes et les attentes des Togolais sont grandes.

Maintenir le cap en améliorant le quotidien des Togolais
Il n’y a pas de temps à perdre pour le nouveau président. Faure Gnassingbé doit aller vite, très vite pour ne pas doucher l’enthousiasme des Togolais qui ont placé leur confiance en lui. Et s’ils l’ont fait, c’est qu’ils ont été satisfaits des réalisations de Faure Gnassingbé durant le dernier mandat où beaucoup de choses ont été faites dans tous les domaines, économiques, sociales, agricoles, etc.
Ayant parcouru le pays de fond en comble pendant la campagne électorale, Faure Gnassingbé a dû noter et comprendre les aspirations profondes des Togolais et leurs désirs de vivre dans de meilleures conditions dans un pays apaisé et tranquille. Le nouveau chef de l’Etat doit poursuivre sur sa lancée de donner à ce pays un visage plus humain et que les Togolais s’y sentent plus heureux.
Les réalisations des infrastructures routières doivent s’intensifier dans la capitale et dans les principales villes du pays. Sur cet aspect, ce qui a été réalisé durant la période 2010-2015 a été très apprécié par le peuple. Mais il reste encore beaucoup de localités qui en ont besoin.  Sur le plan social, la consolidation des projets FNFI, AJSEF et AGRISEF doivent se faire et passer un cap quant aux montants des prêts à octroyer aux demandeurs.
Si dans certains domaines, le travail peut s’étaler dans le temps et surtout pendant les 5 ans à venir, d’autres chantiers doivent être immédiatement pris à bras le corps par le Président de la République.

La patate chaude Synergie des Travailleurs du Togo
Cette année 2015 est marquée par les manifestations de revendications de la centrale syndicale de la synergie des travailleurs du Togo (STT). Point n’est besoin de dire que les appels à la grève de la STT sont assez suivis par les fonctionnaires du Togo. Il nous revient en mémoire que les cours ont été perturbés dans l’enseignement et les débrayages dans le secteur de la santé ont été nombreux avec les conséquences que l’on connait.
Si la STT a fait preuve d’une hauteur d’esprit en ne donnant pas un caractère politique à ses revendications, elle a promis revenir sur le devant de la scène après la période électorale pour continuer leur combat.
C’est alors que le  nouveau président doit immédiatement éteindre ce feu juste à la prise de ses fonctions.
Si Faure Gnassingbé ne s’était pas prononcé depuis que la STT a commencé ses revendications malgré les nombreux appels, il ne peut plus faire l’économie du dialogue avec les frondeurs de la STT, étant donné qu’il a promis aux élèves que l’année scolaire ne sera pas blanche. Si cela devrait advenir, il faut impérativement que Faure Gnassingbé prenne langue avec le bureau à Mme Nadou Lawson pour des discussions sérieuses afin de résoudre le problème. D’autant d’ailleurs que tout le monde reconnait que les revendications sont légitimes.
Le chef de l’Etat ne peut pas prendre le risque de commencer ce nouveau mandat de 5 ans par grève dans l’administration et dans d’autres secteurs vitaux du pays. Ayant prôné le dialogue et le consensus pendant sa campagne électorale pour la paix sociale dans le pays, le moment est donc venu pour Faure Gnassingbé d’en faire usage pour que les problèmes soulevés par la STT soient un lointain souvenir pour les fonctionnaires.

La minorité qui s’accapare des richesses du pays
Un autre chantier à prendre à bras le corps par le président réélu est celle de la répartition des richesses du pays. Ayant lui-même reconnu que c’est une minorité qui s’accapare des richesses du pays, il va falloir qu’il s’investisse davantage car depuis qu’il a prononcé cette fameuse phrase, les Togolais n’ont pas senti que Faure Gnassingbé ait fait quelque chose pour y remédier à cette situation. Et il faut le dire , c’est un problème majeur pour le pays.
Beaucoup de Togolais ne jouissent pas des fruits des richesses du pays. Et si  lui, Faure Gnassingbé, Président de la république a pu faire ce constat, c’est qu’il y a péril en la demeure. Les Togolais ne comprennent pas alors pourquoi il ne prend des décisions vigoureuses pour mettre hors d’état de nuire ces parasites de la République qui ne pensent qu’à leur ventre et leur intérêt personnel.
Le nouveau mandat accordé au Président de la République par les Togolais devrait lui permettre de prouver au Togolais qu’une autre manière de faire est possible. Il doit saisir l’opportunité de mettre hors d’état de nuire, cette minorité égoïste. C’est un impératif car le peuple ne saurait comprendre qu’après tout ce temps, le Président de la République reste les bras croisés. Les Togolais ne l’accepteront pas.

Les réformes constitutionnelles et institutionnelles
Elles  ont fait couler beaucoup d’encre et de salive avant cette élection. Cependant, elles n’ont pu se faire à cause de l’incompréhension de la classe politique. Mais comme Faure Gnassingbé l’a lui-même souligné lors de la campagne électorale, ces réformes sont nécessaires et importantes pour le pays. ” Les reformes sont très importantes pour notre pays puisque c’est une question de cohésion. Les conditions dans lesquelles la constitution et les autres institutions avaient été mise sen place, que ce soit en 1992 ou en 2002,  ne se sont pas faits dans le consensus” a dit Faure Gnassingbé pendant la campagne à Tsévié.
L’ayant compris ainsi, il ne devrait plus attendre que quelqu’un vienne le lui dire encore.  Le président réélu doit prendre les taureaux par les cornes et mettre en œuvre dans les plus brefs délais, ces réformes que le peuple togolais attend impatiemment. Comme on a pu le constater, si les Togolais ont boudé cette élection avec un taux d’abstention  record d’environ 40%, la non mise en œuvre des reformes constitutionnelles et institutionnelles est en cause.
Il va falloir que ces réformes se fassent. Le plus tôt sera le mieux. Faure Gnassingbé ne s’en portera que mieux.
Il est clair que si Faure Gnassingbé veut que les Togolais lui fichent la paix pendant ce nouveau bail, eh bien, il va falloir qu’il les écoute et trouve des solutions idoines à leur desiderata.
Ali Samba