NOMINATION DU NOUVEAU PREMIER MINISTRE : Komi Sélom KLASSOU pour la mise en œuvre des promesses électorales du Chef de l’Etat

Attendu depuis la réélection de Faure Gnassingbé le 25 Avril 2015, le nom du nouveau Premier Ministre togolais a été connu le vendredi dernier. Komi Sélom Klassou a été choisi par le Président de la République pour coordonner l’action gouvernementale au début de sa 3è mandature.

Il faut dire que l’homme n’est pas un inconnu du monde politique togolais d’autant que l’homme a déjà occupé des fonctions ministérielles dans de précédents gouvernements.   D’ailleurs avant  sa nomination, Komi Sélom Klassou occupait une fonction élective. En n’en point douter, c’est un homme qui est proche de son peuple et qui saura comprendre ses aspirations et ses  désirs.
L’ayant vu quelques fois sur le terrain dans son fief électoral, on peut espérer sans se tromper que Sélom Komi Klassou sera à l’écoute de ses concitoyens car traduire dans les faits, la politique et la vision du chef de l’Etat, comme il a eu à le dire lors de sa sortie sur la télévision nationale, c’est aussi être à l’écoute des problèmes des hommes et femmes de ce pays, l’or de l’humanité.

La rupture
Sélom Komi Klassou hérite d’une haute fonction à laquelle son prédécesseur n’a pas su conférer l’aura  nécessaire pendant plus de 3ans. Comme on peut le constater, les Togolais ont une certaine idée de leur Premier Ministre. Les derniers événements sociaux  ont montré que les citoyens de ce pays  n’acceptent pas certains écarts de langage et de comportements de ceux qui sont chargés de les servir car, nos ministres et surtout les Premiers Ministres semblent souvent oublier qu’ils ont été nommés pour servir le Peuple. Loin de nous l’idée de nous ériger en donneurs de leçons, mais il nous semble que c’est aussi notre rôle de rappeler à nos gouvernants.
Il faut aussi que ce dernier s’entoure des hommes pétris de notions de respects des Togolais, de disponibilité pour les Togolais que certains ministres considèrent comme des damnées de la terre. Il faudrait qu’il veille à ce que les ministres de son gouvernement ne regardent pas de haut ceux pour qui il les a appelés car dans le gouvernement précédent, nombreux sont ces ministres qui n’ont pas été à la hauteur de la considération qu’ils doivent à leurs concitoyens.

Les chantiers…
Assurément, Sélom Komi Klassou n’aura pas de répits et les acteurs sociaux ne lui accorderont  aucun round d’observation. Etant membre influent du parti au pouvoir, il est au courant et au parfum des défis qui incombent à son parti et à son futur gouvernement.
Certes que le Togo est en train de le connaître une mutation positive sur beaucoup de plans comme il a eu à le souligner.”Nous aurons à continuer cette politique de relance économique, cette politique de lutte contre la pauvreté, cette politique de l’emploi pour la jeunesse togolaise”, a dit Sélom Komi Klassou. Mais, il ne doit pas perdre de vue que certains feux couvaient, notamment les revendications syndicales sous le précédent gouvernement.
Car depuis 2013 que le gouvernement de l’ex- Premier Ministre Arthème Ahoomey-Zunu avait initié le dialogue, aucune des décisions arrêtées de commun accord avec les syndicats n’a été mis en œuvre. La longue attente des travailleurs de la fonction publique et le jeu trouble des centrales syndicales va engendrer la Synergie des travailleurs du Togo (STT) qui va mettre à nu la duplicité et la fourberie du Premier Ministre sortant. C’est ainsi que faisant la sourde oreille et narguant ceux qui travaillaient sous son autorité, il conduira inexorablement la situation à se dégrader. Sélom Komi Klassou doit y veiller.
Il y a aussi les comptes de la CAN 2013 promis par le Premier Ministre sortant qui n’a pas su le faire pendant plus de deux ans avant qu’il ne rende le tablier.
” Dès demain, nous vous ferons tous les comptes et personne je dis bien personne ne saura garder par devers lui un centime ” ainsi parlait Arthème Ahoomey-Zunu quand la polémique sur l’utilisation des deniers prélevés aux abonnés des réseaux de téléphonie couplée des 100 francs collectés sur chaque conteneur débarqué au port autonome de Lomé pour supporter financièrement la participation des éperviers à la Coupe d’Afrique des Nations 2013.
Beaucoup de Togolais lui avaient fait confiance car les soubresauts et les soupçons de détournement de fonds qui ont suivi la prestation des Eperviers en Afrique du Sud semblaient évidents. Il apparait clairement aujourd’hui que nos compatriotes n’auraient pas dû.
Le nouveau Premier Ministre Sélom Komi Klassou devrait s’approprier ce dossier et rendre compte dans les meilleurs délais aux Togolais. L’estime que les Togolais lui porteront passent aussi par la résolution de ces problèmes.
Ali SAMBA