44è sommet de la CEDEAO : Le Ghanéen John Dramani Mahama élu à la tête de l’institution

Le ghanéen John Dramani Mahama, nouveau président en exercice de la CEDEAO

Le ghanéen John Dramani Mahama, nouveau président en exercice de la CEDEAO

M. Mahama succède au président ivoirien Alassane Ouattara, après deux mandats à la tête de la Communauté.Selon le communiqué final rendu public à l’issue de ce sommet, plusieurs sujets ont été abordés dans divers domaines : (i) les performances économiques régionales et la consolidation du marché commun, (ii) l’Accord de Partenariat Economique (APE), (iii) les politiques sectorielles, (iv) la paix et la sécurité, (v) et les questions institutionnelles.Pour le sujet relatif à l’APE, la Conférence a salué l’approche participative, consensuelle et constructive qui a prévalu au sein de la région Afrique de l’Ouest et qui a permis la finalisation des négociations de l’Accord de Partenariat Economique (APE) avec l’Union Européenne.
“La discussion sur les APE a été difficile, mais nous avons pu trouver un consensus. La conférence a mis en place un comité, chargé revoir les décisions afin de permettre aux Etats réticents de mieux connaître les approches de la région. Ce comité travaillera pendant deux mois et rendra compte aux chefs d’Etats”, a indiqué M. Dussey.
S’agissant de l’épineux problème de la sécurité, le sommet a surtout planché sur les cas du Mali et de la Guinée Bissau.

Sur le Mali : Le sommet s’est félicité de la signature du mode opératoire sur le cantonnement des groupes armés et a exhorté toutes les parties prenantes de l’Accord Préliminaire de Ouagadougou à assurer sa totale mise en œuvre. A cet égard, les chefs d’Etats et de gouvernement ont réitéré leur appel à tous les groupes armés non étatiques au Mali pour qu’ils déposent les armes, se soumettent au cantonnement et participent à la recherche d’un règlement pacifique des différends, dans le cadre du dialogue national inclusif.
La Conférence a surtout encouragé le gouvernement du Mali à assumer la pleine responsabilité de la tenue du dialogue inclusif Inter-Malien devant favoriser la réconciliation nationale avec l’appui de la CEDEAO et de la communauté internationale, et à en diligenter les préparatifs.
 
Sur la Guinée Bissau : La Conférence a instruit la Commission de prendre toutes mesures additionnelles nécessaires pour assurer la tenue d’un scrutin paisible, libre, juste et transparent. Elle a lancé aussi un appel à la Communauté Internationale pour qu’elle apporte son soutien à la Guinée Bissau en vue d’assurer l’aboutissement réussi des élections. Les chefs d’Etats et de gouvernement de la Cédéao ont adressé leurs félicitations au Président par intérim, S.E.M. Manuel Sérifo Nhamajo, au Gouvernement de Transition, à l’Assemblée Nationale Populaire, et à toutes les parties prenantes au processus de transition en Guinée Bissau pour leur abnégation et leur sens du compromis qui ont permis au pays d’avancer progressivement vers la tenue des élections générales capitales prévues pour le 13 avril 2014.
La Conférence a mis en garde les membres des Forces de Défense et de Sécurité ainsi que tous les acteurs politiques en Guinée Bissau contre tout acte de nature à perturber le bon déroulement du processus électoral.