1ère Conférence maritime au Togo : L’ONAEM se met en place

Photo de famille des participants à cette rencontre.

Photo de famille des participants à cette rencontre.

Avec son port maritime doté d’un atout naturel et d’infrastructures les plus modernes, le Port Autonome de Lomé(PAL) va être l’un des ports les plus fréquentés, le hub de l’Afrique. Le Togo a compris que toutes les activités ne peuvent être menées en toute quiétude que lorsque la sureté et la sécurité de cet espace maritime (Golfe du Guinée) sont garanties à tous les pays usagers de ce port.

C’est ce qui justifie la tenue hier à Lomé, la première conférence nationale sur la sureté et la sécurité maritime. Il s’agit au cours la rencontre de “poser les base de la mise en œuvre des recommandations du Haut conseil pour la mer (HCM) par la répartition des tâches et la prise en main des missions  dévolues à chaque administration et corps de l’Etat impliqués ou intéressés par l’action de l’Etat en mer”.
La cérémonie d’ouverture de la conférence a été présidée par le ministre de la Sécurité et de la protection civile, le col Yark Damehame, au nom du Premier ministre. C’était en présence des membres du gouvernement et des différents acteurs impliqués de la communauté portuaire.
Ouvrant les travaux de la conférence, le ministre Yark a d’abord rappelé que la mise en place du  HCM, le 18 septembre 2014 constitue un instrument de stabilité, de développement du secteur et de lutte contre les actes illégaux en mer. Il a convié tous les acteurs de la communauté portuaire à y adhérer, afin “d’œuvrer pour une politique maritime devant contribuer à assurer la compétitivité du port par un service de qualité, améliorer et maintenir la sécurité de la navigation maritime dans les eaux sous la juridiction Togolaise et dans le domaine portuaire”.

Des acteurs portuaires...

Des acteurs portuaires…

Pour y parvenir, le ministre a identifié quelques éléments clés à savoir la garantie de la sécurité maritime et de la sureté portuaire par la mise en œuvre efficace des actions visant l’accréditation, l’ISPS du port, le renforcement de la plateforme portuaire nationale soutenu par une amélioration de la qualité des services et transport maritime ; l’émergence de l’économie maritime permettant de fournir des services de bases ; offrir des possibilités d’emploi et réduire la pauvreté; Le renforcement de la coopération bilatérale, multilatérale, entre pays de la région en vue de garantir une action efficace en mer.
De son côté, le ministre Ninsao Gnonfam des Travaux publics et des transports a indiqué, que cette rencontre est un cadre idéal pour mener des réflexions sur les mesures à prendre face aux défis de la sécurité maritime de notre pays, au moment où le monde, notamment les côtes africaines, sont de plus en plus confrontées, les trois dernières années, à toutes formes d’actes de piraterie.
Le phénomène de la piraterie s’est accru ces dernières années à cause de l’augmentation des activités sur la mer. “Aujourd’hui, la mer est de plus en plus sollicitée par l’activité humaine pour notamment l’exploration et l’exploitation des ressources halieutiques et minérales, pétrolière et pour la recherche scientifique”, a déclare le ministre Gnonfam.
Pour faire face à ce fléau, “le Togo n’a pas tardé à agir et à riposter en prenant des mesures au plan juridique, institutionnel et en se dotant des moyens de lutte approprier”, a souligné le ministre des Travaux publics et des transports avant de conclure que c’est cet engagement du Togo et la détermination de tous les acteurs concernés qui ont valu à notre pays le mérite d’organiser la prochaine conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Afrique de l’ouest et du centre sur la sureté et la sécurité maritime qui se tiendra dans notre capitale l’an prochain
Source: Le Navigateur, n° 010 du 10 décembre 2014