UN SORCIER NEGATIF

Il y a de ces actes héroïques qui rehaussent ou ternissent la personnalité de leur auteur. C’est malheureusement le cas de notre compatriote, Azator âgé seulement de 28 ans mais revendiquant des exploits. L’homme ne serait arrivé dans le quartier de Fiovi à Lomé que le mois passé. Il est certes Togolais mais il aurait longtemps séjourné en terre béninoise. Selon ses propos, il serait capable de réaliser des actes miraculeux impossibles à un être ordinaire.

Il serait arrivé dans ce nouveau quartier de la ville de Lomé avec une femme et une fillette qu’il présente affectueusement comme étant sa famille. Il aurait consulté nombre de nos compatriotes à qui il aurait prescrit des solutions magiques contre naturellement de l’argent.

Sur cette base, il a été sollicité dans la journée du 1er mai courant pour sauver un enfant qui s’était malencontreusement retrouvé au fond d’un puits. Azator est arrivé sur les lieux une dizaine de minutes après l’appel au secours. Il était, à en croire les témoins, bien armé. Non seulement, il avait autour de sa ceinture une armada de talismans mais aussi, l’on pouvait voir dans ses cheveux des plumes de toutes sortes d’oiseaux, à ses poignets et à ses genoux, des bagues de plusieurs couleurs. Tous les ingrédients étaient donc réunis pour garantir le succès de l’opération pour laquelle notre “héros” était sollicité. Mais quelle n’a pas été la surprise des populations et singulièrement des parents du petit Kossi.

Le pauvre Kossi n’avait que dix ans et déjà, il était au cours moyen deuxième année. Malheureusement, il appartient désormais à l’histoire. Le ” pouvoireux” n’ayant pas pu le sauver, il a péri, englouti par l’eau. Devant l’incapacité notoire du sieur Azator, c’est un autre sorcier, un nommé Litour qui a pris sur lui d’aller au fond du puits pour repêcher le corps du malheureux.

Selon le témoin qui a rapporté l’information, lorsque le soi-disant Azator est arrivé sur les lieux, il a d’abord réclamé l’œuf d’une poule qui venait de pondre pour la première fois. Il a laissé entendre que s’il jetait l’œuf dans l’eau et que celui-ci remontait aussitôt à la surface, cela signifierait que l’enfant était encore en vie. Mais même mort, le retour de l’œuf lui donnerait les pleins pouvoirs pour non seulement localiser le petit, mais aussi neutraliser ceux ou celles qui empêcheraient de lui porter secours.

Cette étape s’étant soldée par un échec, notre sorcier était passé à la phase supérieure en demandant de lui nouer une corde autour de ses reins puis de le plonger dans l’eau. Cette opération a failli lui être fatale. N’eut été la promptitude de ceux qui tiraient la corde, il serait mort sous l’eau. Dieu merci, il a été sauvé alors que l’enfant, lui, a trouvé la mort.

Ce triste évènement doit interpeller nos consciences à ne pas jouer avec la vie d’autrui en faisant confiance à n’importe quel marchand d’illusions mais plutôt à prendre les dispositions qui s’imposent pour sa sauvegarde.

A bon entendeur, salut.

Source : Chronique de la Semaine, n°283 du 7 mai 2014