Une presse responsable pour une élection sans violences

Nous ne cesserons jamais assez de le dire. La presse comme quatrième pouvoir a son rôle à jouer dans tout processus démocratique. Notamment en période d’élection où il lui est demandé de ne jouer rien que sa partition, avec objectivité, impartialité et surtout dans le respect des règles éthiques et déontologiques.
C’est aussi vrai que la période électorale est ce qu’est la saison pluvieuse pour les cultivateurs. Une période où elle est abondamment courtisée mais également manipulée à des fins électoralistes.
Si pour la majorité, c’est le profit qui compte, il sied de rappeler ici qu’au-delà du profit, du gain momentané de la période des élections, les organes de presse dans leur ensemble ne doivent pas perdre de vue leur rôle et leur  responsabilité.
En période électorale, outre sa mission ordinaire, la presse devra par ses écrits et propos contribuer à l’apaisement, au franc-jeu politique en ne relatant que les faits et faire économie de tout propos de haine, de vengeance, de démagogie, de violences sous toutes ses formes.
Le professionnalisme de la presse est à ausculter surtout en période des élections. Nous devons en être conscients en tant qu’acteurs de la presse, et surtout togolaise avec ses particularités. Evitons d’être à la solde des hommes politiques toutes tendances confondues SVP ! Soyons des vecteurs de développement et d’élections sans violences.

Crédo TETTEH