L’acharnement de la BCEAO contre le Ministre Kako NUBUKPO

Le Ministre auprès de la Présidence de la République chargé de la Prospective fait actuellement l’objet d’un acharnement de la BCEAO. Son franc parlé doublé de sa position sur le Franc CFA aiguise l’appétit de ses détracteurs qui ne cessent de multiplier des actions de l’ère préhistorique pour le mettre en difficulté avec certains membres du Gouvernement et surtout avec le  Président de la République.
A la veille d’un remaniement ministériel, tous les subterfuges sont utilisés pour créer des ennuis à ce professeur agrégé en économie appelé par le Chef de l’Etat pour s’occuper du portefeuille de la Prospective et de l’évaluation des politiques.
A son actif et suivant la politique du Chef de l’Etat, le Ministre Kako NUBUKPO continue de faire ses preuves. En créant le 11 octobre 2013 par décret N°2013-070/PR le Ministère auprès de la Présidence de la République, chargé de la Prospective et de l’Evaluation des Politiques Publiques, et en nommant le Professeur Kako NUBUKPO à ce poste, le Chef de l’Etat institutionnalisait ainsi sa volonté de faire entrer le Togo dans une nouvelle ère, celle de l’audace dans la vision du développement du pays et du sérieux dans la gestion des affaires de la Cité.

De l’entrée et de la sortie du Professeur Kako NUBOUKPO à la BCEAO
En mars 2000, le Professeur Kako NUBUKPO intégra les services de la BCEAO notamment le service de la Recherche où travaillait depuis 1996 l’actuel directeur national de la BCEAO, Kossi TENOU. Ils travaillèrent ensemble dans le même service pendant trois (3) ans avant la promotion en 2003 de Monsieur Kako NUBUKPO comme Chef de service des actions extérieures de formation. Une promotion qui naturellement n’a pas plu à certains même s’ils ne l’avaient pas vertement exprimé. On en était là quand il démissionna par après de la BCEAO avant d’écrire une lettre ouverte au Gouverneur de la BCEAO en 2012.
Pour ceux qui connaissent bien le Ministre Kako NUBUKPO, le monsieur ne passe pas par quatre chemins pour exprimer ce qu’il pense et aisément. Ce qui lui vaut naturellement des ennuis. Mais ce qui se passe actuellement et que nous qualifions à juste titre de l’acharnement de la BCEAO contre le Ministre Kako NUBUKPO n’honore pas les auteurs et ceux qui tirent les ficelles dans l’ombre. Pour peu que le Ministre ne pense pas la même chose qu’eux, tout est bon pour le charger et le déstabiliser. Ce qui en soi n’est pas éthique dans le procédé.

De la lettre du Directeur National  Kossi TENOU au Gouverneur de la BCEAO
Dans une correspondance N°1433/ES/PA en date du 12 mars 2015 adressée au Gouverneur de la BCEAO avec pour objet ” Critiques récentes de la BCEAO par le Ministre Kako NUBUKPO “, le Directeur national de la BCEAO, Monsieur Kossi TENOU, n’est pas allé par quatre chemins pour charger le Ministre NUBUKPO.
” Nous avons l’honneur de porter à votre connaissance les critiques récentes formulées par Monsieur Kako NUBUKPO Ministre auprès du Président de la République chargé de la Prospective et de l’Evaluation des Politiques Publiques, à l’encontre de la BCEAO. Ces critiques ont été émises lors du Forum sur les meilleures pratiques tenu à Lomé du 26 au 27 février 2015, ainsi que le Colloque du Comité National de Politique Economique (CNPE) du Togo (Lomé, 5-6 mars 2015) organisé autour du thème central ” Quelles politiques pour l’émergence du Togo ” a écrit Monsieur Kossi TENOU dans sa note à l’attention du Gouverneur de la BCEAO.
Poursuivant sa séance de laminage du Ministre Kako NUBUKPO, le directeur national de la BCEAO poursuit en ses termes : ”  Au cours de ces deux (02) rencontres, le Ministre NUBUKPO a réitéré ses critiques habituelles à l’encontre de la Banque Centrale en qualifiant son fonctionnement et ses options de politique monétaire de servitude volontaire “. Plus loin, le même Kossi TENOU affirme que ”  le Ministre NUBUKPO a relevé que le cadre institutionnel actuel de nos économies, notamment l’arrimage du franc CFA à l’euro qui est une devise forte, n’est pas favorable pour piloter l’émergence économique. Il a, en outre, critiqué le mécanisme de garantie de taux de change fixe entre l’euro et le franc CFA, en indiquant qu’il impose aux pays de la zone UEMOA de déposer une partie de leurs réserves de change auprès du Trésor Français sur le compte d’opérations. Par ailleurs, le taux de couverture de l’émission monétaire se situerait, selon lui, à plus de 100%, contre une norme prévue de 20 % “.
” Le Ministre NUBUKPO a également souligné l’immobilisme de la BCEAO, dans un environnement international de soutien des banques centrales aux Etats. Il a, de ce fait, lancé une exhortation au concours monétaire direct de la BCEAO aux Etats. Il a par ailleurs, déploré le fait que les établissements de crédit de l’espace UEMOA empruntent aux guichets de la BCEAO à des taux compris entre 2,5% et 3,5% pour ensuite les prêter aux Etats à des taux d’intérêt avoisinant les 7% ” a renchéri le Directeur National de la BCEAO pour ce qui est des griefs de sa direction contre le Ministre NUBUKPO pour ce qui concerne le Forum sur les meilleures pratiques tenu à Lomé du 26 au 27 février 2015.
A la lecture de ces phrases sacrificielles, œuvre de Monsieur Kossi TENOU sur la personne du Ministre NUBUKPO, il faut ajouter son rapport  sur les propos tenus par le Ministre lors du Colloque du CNPE sur l’émergence.
”  Lors du Colloque du CNPE sur l’émergence, le Ministre NUBUKPO a indiqué que compte tenu de l’arrimage du franc CFA à l’euro, une appréciation de l’euro entraine automatiquement une appréciation du franc CFA, ce qui nuit à la compétitivité des Etats membres de l’UEMOA. Il a, par ailleurs, relevé que l’inflation et le taux de croissance sont faibles dans la zone UEMOA, une situation totalement inverse de celle observée dans les pays de la CEDEAO hors UEMOA. Il a, ensuite, précisé qu’il faut arbitrer entre l’inflation et la croissance. Sur le choix à faire entre l’inflation et la croissance, le Ministre a signalé que tous les travaux effectués montrent que le taux d’inflation dans la zone UEMOA devrait avoisiner 7,9%. Dans le cas contraire, ce taux réduit le potentiel de croissance de l’UEMOA. Il a ainsi exhorté la BCEAO à revoir à la hausse sa cible d’inflation ” a affirmé au Gouverneur de la BCEAO le Directeur National Kossi TENOU.
Pour terminer sa soutenance portant sur le Ministre Kako NUBUKPO, le Directeur National de la BCEAO écrit : ”  ces critiques (du Ministre NUBUKPO) ne sont pas nouvelles. Monsieur KOUEVI, recruté en janvier 2014 et qui a représenté la BCEAO à ces rencontres, n’a pas jugé utile de répondre au Ministre NUBUKPO dont les propos constituent plus un acharnement qu’une contribution intellectuelle “.
Interrogations
A la lumière de cette note à l’attention du Gouverneur de la BCEAO, on se demande bien quelle est  l’intention du Directeur National de la BCEAO au Togo, Monsieur Kossi TENOU à l’égard du Ministre Kako NUbukpo ?
Est-elle de nuire à la carrière du Ministre NUBUKPO à la veille de la formation d’un nouveau gouvernement au Togo ?
Est-ce une façon malheureuse de détruire autrui pour ses idées ou juste un acte de méchanceté gratuite? La BCEAO serait contre les dignes fils du continent en général et de la sous-région ouest africaine en particulier qui réfléchissent aux lendemains meilleurs des Etats de la zone ?
Ce ne sont juste que des questions? Nous reviendrons dans nos prochaines parutions sur cette cabale de certains togolais qui officient à la BCEAO contre  le ministre Kako Nubukpo. Les mémos adressés au Directeur National de la BCEAO Kossi Tenou en  ce sens sont là pour en témoigner.
Affaire à suivre…
Crédo TETTEH