ECONOMIE/ INDUSTRIES EXTRACTIVES/PIETRE GESTION : La Banque mondiale dénonce les faiblesses de gestion de l’ITIE-Togo, le Coordonnateur national parle de faits basés sur des « rumeurs »

Dans une lettre au Ministre des Mines et de l’Energie en date du 30 septembre 2014, la Banque mondiale au Togo a, dans son rapport définitif de la revue a posteriori des marchés passés du 1er février 2013 au 28 février 2014 par l’ITIE-Togo, relevé quelques faiblesses de fonctionnement au sein du Secrétariat exécutif de l’ITIE-Togo coordonné par l’ancien Ministre Didier Kokou Agbemadon. Afin de remédier aux faiblesses relevées, des recommandations contenues dans un plan d’action ont été formulées.
Au lieu donc de penser à mettre en œuvre lesdites recommandations, le Coordonnateur de l’ITIE-Togo a plutôt jugé bon de répondre directement et maladroitement à la Banque mondiale en tentant quelques explications qui ne tiennent totalement pas la route et démontrent à suffisance le manque d’humilité de Monsieur Didier Kokou Agbemadon et une assurance suicidaire de ce dernier dans la conduite du bateau ITIE-Togo vers un proche et probable naufrage.
Comme nous le disions plus haut, le Représentant de la Banque mondiale au Togo, Monsieur Hervé Assah a adressé le 30 septembre 2014 une lettre référence EHL/IA/303/14 avec comme objet : « Projet Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) Don IDA N°TF098712 Transmission du rapport définitif de la revue a posteriori des marchés passés du 1er février 2013 au 28 février 2014 » avec copie à Monsieur Didier Agbemadon, Coordonnateur ITIE-Togo.
A la place donc du Ministre des Mines et de l’Energie, et surtout se sentant « concerné par prioritairement » par cette sortie de la Banque mondiale qui révèle quelques insuffisances et faiblesses de sa gestion, l’ancien ministre et coordonnateur de l’ITIE-Togo a cru répondre directement à la Banque mondiale par une correspondance en date du 10 octobre 2014 sous la référence N°497/ITIE/ST/2014.
Dans cette fameuse correspondance qui disons-le, n’aurait pas respecté les règles administratives parce que adressée prioritairement au Ministre des Mines et de l’Energie avec seulement copie au Coordonnateur de l’ITIE, Monsieur Agbemadon aurait mieux fait de faire parvenir ses observations et remarques à son ministre de tutelle ou d’ancrage (Il ne le reconnait pas jusqu’à ce jour et pencherait plus vers la Primature) pour toute action idoine en direction de la Banque mondiale s’il le désire, et penser exclusivement et avec une certaine dose d’humilité et de transparence à la mise en œuvre des recommandations. En lieu et place donc de réflexion sérieuse pour corriger les quelques faiblesses relevées, le Coordonnateur de l’ITIE-Togo s’est plutôt senti offensé et accusé de toute part par cette correspondance de la Banque mondiale qui, avouons-le, a le mérite de soulever les insuffisances et surtout les mauvaises pratiques en cours au Secrétariat Exécutif de l’ITIE-Togo, avec comme slogan « Les Rayons de la Transparence ».
Dans sa lettre réponse donc à la Banque mondiale, le Coordonnateur de l’ITIE-Togo Monsieur Didier Kokou Agbemadon estime que le contenu de la lettre du Représentant Résident de la Banque mondiale « tend à entretenir la confusion en se fondant sur un cas particulier qui est pourtant d’importance nationale et peut-être capitale même pour l’image de la Banque mondiale ».
Prétextant l’inexistence de recommandations dans les revues antérieures, peut être signe de bonne gouvernance antérieure et actuelle selon lui de sa part, le Coordonnateur de l’ITIE-Togo fait une série de jeu de mots imbu d’une certaine suffisance à l’endroit de la Banque mondiale : « sinon, vous avez bien noté qu’il n’y avait pas eu de recommandations dans les revues antérieures. Cependant, je ne souhaite pas et je n’ai aucune intention d’ailleurs, vous répondre point par point ; Je voudrais juste vous dire ma considération pour la Banque mondiale, une institution de grande renommée qui ne se nourrit pas de rumeurs ».
Tout est dit par son excellentissime Secrétaire Exécutif de l’ITIE-Togo qui croit traiter la lettre et les recommandations de la Banque mondiale Bureau du Togo comme fondées sur des « rumeurs ».
Répondant aux informations de gestion familiale de l’ITIE-Togo portées à l’attention de la Banque mondiale qui au demeurant a fait une proposition « d’examiner la situation des ressources humaines et du système de contrôle interne afin d’apporter les mesures correctives nécessaires pour un fonctionnement adéquat et transparent de l’ITIE », le Coordonnateur de l’ITIE-Togo pour se défendre écrit : « … Ainsi, parlant de la gestion familiale de l’ITIE-Togo, je voudrais en savoir davantage pour mieux vous comprendre. Je joins toutefois à la présente lettre, l’organigramme du Secrétariat technique avec les appartenances ethniques du personnel. Le seul parent qui y intervient comme mon chauffeur est le Chef parc automobile. »
Pour ce qui concerne la gestion des fonds, poursuit Monsieur Agbemadon, « toutes les dépenses sont cosignées par le Coordonnateur et l’Agent comptable central du Trésor public pour ce qui concerne le don MDTF et le Directeur du financement et du contrôle de l’exécution du plan pour ce qui est de la contrepartie. C’est le comptable, une ressortissante de la préfecture d’Amou alors que moi je suis de Yoto qui passe toutes les commandes, les réceptionne et les gère. Vous comprenez que nous essayons de faire de notre mieux pour éviter les cas de conflits d’intérêt. »
Profitant également de sa lettre réponse au Représentant Résident de la Banque mondiale au Togo, le Coordonnateur de l’ITIE-Togo discute l’ancrage de son Secrétariat Technique. Pour lui, le Secrétariat Technique relève plutôt de la Primature que du Ministère des Mines et de l’Energie : « Enfin, je voudrais vous faire retourner à la définition du Secrétariat technique de l’ITIE-Togo retenue lors de la signature du protocole d’accord du don 098712, vous la trouverez à la page 3, article I 1,02, C et vous comprendrez que le Secrétariat technique peut relever de la Primature plutôt que du Ministère des Mines et de l’Energie. »
Précisons ici que depuis belle lurette, le Coordonateur de l’ITIE-Togo n’aurait jamais considéré son ancrage au Ministère des Mines et de l’Energie. Il aurait plutôt et ce depuis fait la promotion de son ancrage à la Primature que dirige le Premier Ministre Arthème S. Ahoomey-Zunu. Nous faisons ici économie pour l’instant des difficultés de collaboration ou de compréhension de la mission entre le Secrétariat technique et le Ministère des Mines et de l’Energie. Au moment opportun, nous n’hésiterons pas à mettre au grand jour ce qui a coutume malheureusement et maladroitement.
Abordant la question de la revue elle-même, le Coordonnateur Didier Kokou Agbémadon affirme : « La revue en question porte sur une seule commande, celle des effets de promotion de l’ITIE-Togo à la 6ème conférence mondiale de l’ITIE à Sydney en Australie. Pour ce qui est du mode de passation de marchés, vu le délai que nous avions (3 semaines) pour concevoir et produire en brochures nos rapports ITIE et rapports de validation qui constituent l’essentiel des effets du lot, nous avons utilisé la procédure d’entente directe de la Banque mondiale dans le protocole d’accord signé entre le Togo et la Banque mondiale prévue en son alinéa 2,7 C (ii) et aussi la procédure nationale d’urgence notamment la loi W2009-013 du 30 juin 2009 en son article 16 qui dispose qu’«en cas d’urgence impérieuse non fixée par des circonstances imprévisibles ou de force majeure, on peut recourir à une commande par entente directe ». Avant de marteler ce qui suit à l’endroit de la Banque mondiale : « Nous vous rappelons encore, comme cela a été fait pour le rapport provisoire, que le deuxième rapport ITIE-Togo et le rapport de validation qui constituent l’essentiel des documents pour Sydney ont été publiées respectivement les 22 février 2013 et 18 avril 2013. »
Pour terminer sa thèse contre la Banque mondiale, un partenaire très important du Gouvernement dans ses efforts de développement et surtout de bonne gouvernance, le Coordonnateur de l’ITIE-Togo conclut sûr de lui-même et de ses arguments développés : « Encore une fois, je n’ai aucune envie d’aller en conflit avec vous. Nous garderons toujours les bonnes relations qui existent entre nos deux institutions. Seulement, nous devons faire des efforts pour être au-dessus de la mêlée ». Mais bien avant, il a cru devoir lancer subtilement un pic à la Banque mondiale comme pour dire que « la transparence » prônée par cette institution qui relève en même temps ses faiblesses à lui, ne serait pas de mise au sein de cette Institution : « Par ailleurs, j’ai été harcelé par madame Brigitte Bocoum de la Banque mondiale pour la demande de prorogation d’un don MDTF 095815 supposé être destiné à la mise en œuvre de l’ITIE au Togo. Madame voulait ma demande de prorogation du don sans vouloir m’expliquer de quoi il s’agit alors que je ne connais pas les tenants et les aboutissants dudit don. La transparence par vos services techniques sur l’octroi et l’utilisation de ce don TF095815 réjouirait énormément le Secrétariat technique de l’ITIE-Togo. C’est pourquoi, je vous saurai gré des dispositions que vous voudrez bien faire prendre pour apporter les éclairages souhaités au Secrétariat technique comme nous le recommande d’ailleurs Madame Brigitte Bocoum. »
Dossier à suivre !
Crédo TETTEH