CONSOMMATION : Hausse des prix à la consommation pour le troisième mois consécutif

De la tomate fraîche...

De la tomate fraîche…

En avril 2014, le niveau général des prix à la consommation a poursuivi sa hausse amorcée depuis le mois de février 2014, indique un communiqué de la direction Général de la Statistique et de la comptabilité Nationale. Elle a  connu une hausse de 0,9% contre 0,2 % le mois précédent.
Produits ayant enregistré une hausse
La hausse du niveau général des prix au cours de ce mois est à  attribuer principalement à la progression des prix des fonctions de consommation “Produits alimentaires et boissons non  alcoolisées” (+2,9%), ” Logement, eau, électricité, gaz et autres Combustibles ” (+1,0%) et ” Boissons alcoolisées, tabac et stupéfiants ” (+2,5%).  S’agissant de la fonction de consommation “Produits alimentaires et boissons non alcoolisées”, son augmentation est liée aux  postes “Légumes frais en fruits ou racine” (+25,9%) ; ” Tubercules et plantain” (+26,9%) ; ” Poissons et autres produits séchés ou  fumés” (+2,9) ; “Légumes secs et oléagineux” (+5,1%) ; ” Agrumes” (+14,9%); “Sel, épices, sauces et produits alimentaires ” (+1,4%) et ” Autres matières grasses ” (12,3%).
La progression observée au niveau de la fonction de consommation ” Boissons alcoolisées, tabac et stupéfiants ” est liée  principalement à la hausse des prix du poste ” Vin et boissons fermentées ” (+14,1%). Pour ce qui est de la hausse de la fonction de consommation ” Logement, eau, électricité, gaz et autres Combustibles “, elle  provient de l’augmentation des prix du poste ” Combustibles solides et autres ” (+7,3%).  Les produits qui ont eu une forte contribution à la hausse de l’indice sont : “Tomates rondes (Pomme)” (+55,5%); “Igname”  (+28,3%); “Sardinelles fumées (Adiadoè)” (+18,4%); ” Gombo frais ” (+24,3%); “Charbon de bois” (+7,5%); “Piment rouge frais” (+14,4%); “Doèvi fumé (Anchois)” (+6,8%); “Haricots blancs secs ” (+14,0%) et “Plat de fufu + sauce viande” (+5,8%).

Les produits ayant enregistré une baisse
Pour les produits qui ont enregistré une baisse, on peut citer: “Sel de cuisine gros cristaux ” (-50,3%); ” Riz importé longs grains  vendu au petit bol” (-3,6%); “Manvi fumé ( Hareng )” (-17,3%); “Saloumon fumé” (-7,6%); “Huile végétale (Nioto)” (-3,2%); ” Noix de Coco sec” (-35,3%); ” Cure dents” (-17,2%); “Bananes douces” (-12,0%); “Manioc râpé ( Agbélima )” (-9,4%); et “Herbe Zangara pour paludisme” (-12,2%).

Une hausse de 0,2% hors produits alimentaires
Calculé hors produits alimentaires, le niveau général des prix a connu une hausse de 0,2% contre quasiment une stabilité le mois  précédent. L’inflation sous – jacente (variation mensuelle de l’indice ”hors énergie, hors produits frais”) est quasi stable contre une  baisse de 0,1% en mars 2014.
La nomenclature suivant l’état des produits révèle que la hausse du niveau général des prix est imputable à la progression de prix  des produits frais qui ont enregistré une hausse de 4,5%. Selon la durabilité, cette progression du niveau général des prix s’explique  particulièrement par la hausse des prix des produits non durables (+1,7%).
Par ailleurs, il faut signaler la baisse des prix des produits  durables (-0,2%). S’agissant des secteurs de production, cette progression est l’effet de la hausse de 7,1% des prix des produits du  secteur primaire. Suivant la provenance, l’augmentation du niveau général des prix est due à la hausse des prix des produits locaux (+1,7%); les prix des produits importés ayant connu une baisse de +0,5%.

Évolution trimestrielle.
Le niveau des prix du mois d’avril 2014, comparé à celui du mois de janvier 2014 (évolution trimestrielle) a connu également une hausse (+2,2%) en liaison surtout avec la progression des prix des produits des fonctions de consommation ” Transport ”  (+2,9%) ; “Logement, eau, électricité, gaz et autres combustibles ” (+1,8%) et ” Produits alimentaires et boissons non alcoolisées ”  (+5,4%).
Pour ce qui est des nomenclatures secondaires, cette variation trimestrielle s’explique au niveau de l’état des produits  aussi bien par les produits frais (+8,8%) que par les “produits énergie” (+3,6%) et les “produits hors énergie, hors produits frais”  (+0,5%). Quant à la durabilité des produits, cette progression provient essentiellement de la hausse des prix des produits non  durables (+3,6%) et des services (+1,2%). S’agissant de la provenance, la hausse est due à la variation des prix des produits locaux  (+3,1%) et des produits importés (+0,8%).

Évolution annuelle.
Par rapport à avril 2013 (glissement annuel), le niveau général des prix a enregistré une hausse de 0,6%, due essentiellement à la  hausse des prix des produits des fonctions de consommation “Transports” (+4,7%) et “Restaurants et hôtels” (+2,7%).
En ce qui  concerne les nomenclatures secondaires, cette progression annuelle s’explique au niveau des secteurs de production par la hausse  conjuguée des prix des produits du secteur tertiaire (+2,1%) et du secteur secondaire (+0,3%).
S’agissant de la provenance, cette hausse est l’effet de l’augmentation de 1,8% des prix des produits importés. Quant à la durabilité,  cette progression provient de l’augmentation de 2,1% des prix des services. Concernant l’état des produits, cette hausse est l’effet  cumulé de l’augmentation des prix des “produits hors énergie, hors produits frais” (+ 1,1%) et des prix des produits de l’énergie (+7,1%).
Le taux d’inflation calculé sur la base des indices moyens des douze derniers mois s’est établi à 0,5% contre 0,6% en mars 2014.  En mars 2014, ce taux était de 0,9% dans la zone UEMOA.

Le Médium