AGRICULTURE : Projet de plantation de palmiers à huile, 52.500 de jeunes plants mis en terre à AGOU

Le  Projet de plantation de palmiers à huile dans la préfecture d’Agou prend forme après la pose de la première pierre de l’usine de transformation d’huile de palme par le chef de l’Etat le 23 Mars 2015.
“Nous avons réceptionné 52.500 points blancs que nous venons de mettre en terre sur une superficie de 250 hectares. C’est ce qu’on appelle la pré-pépinière. Et donc  l’année prochaine, nous allons développer la pépinière sur 1.000 hectares et l’opération a été lancée aujourd’hui avec la présence des partenaires privés”, a dit  Ouro-Koura Agadazi qui précise que cette opération est le début de la phase opérationnelle du projet.
Ce projet qui est financé à hauteur de 65 000 000 $US  et piloté par le groupe indien KALYAN INVESTMENT CORPORATION vise à combler le déficit de consommation locale d’huile de palme et freiner ainsi l’importation.
“A la date d’aujourd’hui, le Togo importe 18.000 tonnes d’huiles de palme et donc avec l’implantation de cette usine agroalimentaire, dès lors qu’elle va monter en régime, le Togo pourra produire 24.000 tonnes” a indiqué Ouro-Koura Agadazi.
” Pour nos besoins avec les 18.000 tonnes que nous importons, ça fait une sortie de devise de l’ordre de 2 milliards. Donc, l’initiative du Chef de l’Etat est à saluer parce qu’elle permet de renforcer notre économie nationale”,  a indiqué Ouro-Koura Agadazi.

Production et transformation des noix de palme
Le projet proprement dit vise à mettre en place environ 10 000 ha de plantations de palmier à huile dans la préfecture d’Agou dont les noix seront transformées dans une unité d’une capacité de traitement de 50 tonnes de régimes de fruits par heure. Le démarrage du projet se fera sur une superficie d’environ 6 000 ha et s’étendra.
En plus de la plantation à mettre en place par l’exploitation, une superficie additionnelle de 5 000 ha sera mise en valeur par des petits producteurs satellites ayant une relation contractuelle avec l’unité principale. En période de pleine production, il est attendu un volume de 50 000 tonnes d’huile de palme crue.
Selon le ministère de l’agriculture ce projet devra garantir l’autosuffisance au Togo pour la couverture des besoins en huile de palme à l’horizon 2022. ” Ceci permettra de réaliser des économies annuelles à hauteur de 10 millions de dollars US par une substitution des importations”, a dit Ouro-Koura Agadazi. Les exportations permettront d’engranger des devises extérieures d’environ 12 millions de dollars US, annuellement, à travers les exportations du surplus d’huile.

Les bénéfices sociaux attendus
selon les initiateurs, l’aboutissement de ce projet permettra aux populations du Togo d’avoir un accès plus facile et à moindre coût à de l’huile de palme non raffinée. L’huile de palme non raffinée (huile rouge) qui est essentielle pour la cuisine togolaise est encore à un coût d’acquisition relativement élevé.
Ce coût est fortement lié à la faiblesse de l’offre. Ainsi, la région des plateaux, et par extension le Togo et toute la sous-région, pourront avoir accès à de l’huile produite et conditionnée dans des conditions hygiéniques.
Ce projet créera des opportunités d’emploi pour un minimum de 1 200 actifs issus des communautés locales aussi bien dans les plantations qu’au niveau de l’huilerie. Il faut ajouter que le schéma des producteurs sattelites bénéficiera à environ 5 000 ménages. Les producteurs seront encouragés à mettre en place une plantation à travers un engagement contractuel pour le rachat des régimes à un prix attractif. Les producteurs auront accès aux plants de variétés améliorées et à des transferts de compétences dans la conduite des plantations dans la région des plateaux et celle maritime. Des centres d’information sur les pratiques culturales et de collecte des régimes seront mis en place. Des facilitations seront accordées pour l’accès au crédit des producteurs qui sont contractualisés. A cet effet, des négociations auprès des structures financières.

Les actions sociales à mettre en œuvre
Lors de la pose de la première pierre de cette usine, les initiateurs ont indiqué que des actions sociales seront menées dans la zone d’implantation de cette usine. Il s’agira de la réhabilitation du dispensaire  qui est actuellement non fonctionnel et qui sera revitalisé par des visites médicales externes . Deux (02) écoles, présentes sur le site des plantations seront pourvues des facilités de base incluant les toilettes et les installations pour l’approvisionnement en eau potable.
Tous les employés engagés pour les activités sur les plantations seront encouragées à envoyer leurs enfants à l’école et des incitations seront accordées.
Des éclairages publiques alimentés par de l’énergie solaire dans les villages et dans toutes les plantations , un centre communautaire sera construit pour toutes les communautés, ce qui permettra de fournir des services sociaux tels que la télévision ou la radio alimentés par de l’énergie solaire, des routes/pistes qui lient les villages aux plantations seront ouvertes et maintenues praticables en permanence.
Il est à rappeler que les initiateurs de ce projet ont donné l’assurance que les infrastructures à mettre en place sont conçus sur la base de technologies axées sur les meilleures pratiques sur le plan mondial. Ceci conduira à des impacts environnementaux et sociaux dans les standards internationaux.
Koujoukabalo